7     Perdre de poids - Pour se sentir mieux dans son corps

Le cerveau intègre de nouveaux réflexes

L'hypnose est une technique qui permet de créer cet état d'hypervigilance intérieure, où l'esprit est réceptif aux suggestions (idées, comportements, réactions, ...) et de l'utiliser pour installer de nouveaux automatismes. Car c'est bien d'automatismes qu'il s'agit : un jour, nous avons par exemple associé l'aliment « chocolat » et la sensation « bon », puis deux fois, puis trois fois...  « La plasticité neuronale entre alors en jeu ». En clair, quand une information est transmise, deux neurones s'associent. Lorsqu'un troisième les rejoint, puis un quatrième, un « réflexe » se crée. Au fil des répétitions, plusieurs réflexes s'associent pour former un automatisme.

De cette façon, notre cerveau libère de l'espace de connexion pour d'autres tâches. Autrement dit, il apprend. Et une fois que l'automatisme est bien intégré, notre réaction relève de l'inconscient. Nous voyons du chocolat, nous pensons « bon » et le mangeons. Lui résister demande un effort. Nombre de nos kilos relèvent de ce type d'automatismes : les cacahuètes en rentrant le soir du travail, le paquet de petits gâteaux grignotés dans la voiture...

Prendre conscience de ses mécanismes et les modifier.

Vous l'aurez compris, il ne s'agit pas de perdre du poids durant les séances, mais d'amorcer des comportements différents face à la nourriture.

D’après l’Association Française pour l’étude de l’hypnose médicale, la perte de poids est l’un des principaux motifs de consultation en hypnose. Pas étonnant : l’état particulier de conscience induit par les séances aide en effet les consultants à modifier durablement les comportements à l’origine de leur prise de poids.

Oubliez tout de suite vos idées reçues !  Dans le cadre thérapeutique et médical, il s’agit d’amener le sujet à apprendre à modifier son état de conscience afin de d’accéder à un état à la fois d’hypervigilance et d’hypermémorisation. Son esprit est alors plus ouvert et prêt à étudier toutes les suggestions que va lui faire le thérapeute ou les autosuggestions. Celles-ci portent sur le comportement alimentaire (attirance vers des aliments sains, résistance à la sensation de faim), sur les émotions (renforcement de la détermination et de la confiance en soi, diminution de l’anxiété) et même sur l’appareil digestif.

Des exercices de visualisation de l’œsophage et de l’estomac permettent, par exemple, d’amplifier la sensation de satiété. Analysées sans a priori par le subconscient, les paroles de l’hypnothérapeute créent des images, des sons et des sensations qui sont confrontées avec les informations déjà contenues dans la mémoire du consultant. Elles sont enregistrées en tant qu’informations simples ou reliées à des informations existantes sous forme de réflexes, jusqu’à créer de nouveaux automatismes qui s’imposeront d’eux-mêmes dans les situations critiques (buffet tentant, stress habituellement consolé par du chocolat, …).

Relier cerveau droit et gauche

Notre cerveau se divise en deux hémisphères, le droit et le gauche. Le droit dirige la partie abstraite de notre comportement : le rêve, l’intuition, l’imagination, la créativité et les émotions. L’hémisphère gauche régit la partie concrète de notre comportement : la logique, la raison, l’écriture, les mathématiques, la rationalité et l’analyse. Ces deux hémisphères communiquent en permanence. Pourtant, malgré ces échanges, il nous est difficile de maîtriser les actes que notre cerveau nous ordonne. En effet, si notre cerveau droit se souvient de tout, notre cerveau gauche, lui, oublie certains événements, entraînant parfois des confusions dans l’analyse de notre comportement. Par exemple, une jeune femme détestait les légumes. Elle se souvenait avoir été malade à 5 ans après avoir mangé de la ratatouille. L’autohypnose lui a permis de se rendre compte que c’était le jour du décès de sa grand-mère. Son cerveau gauche a fait l’amalgame entre le décès et la mauvaise digestion. Une fois le dysfonctionnement compris, il s’agit pour l’hypnothérapeute, ou pour soi-même, de trouver le juste message à délivrer au cerveau droit, par le biais de l’autohypnose !

Certains mécanismes nous échappent consciemment et pourtant, ce sont eux qui nous gouvernent, c’est pourquoi il est si difficile de faire un régime sans se sentir frustré. On a l’habitude d’avoir envie de ce que nous n’avons pas, alors qu’il serait si facile de profiter de ce que nous avons. Quand tout le monde mange une pizza et que votre consultante doit se cantonner à la salade de roquette, il devient difficile de penser à autre chose que la mozzarella qui fond dans l’assiette du voisin. L’autohypnose privilégie le passage des mots, des pensées et perceptions, du cerveau gauche, vers le cerveau droit. Grâce à elle, la salade se déguste et la pizza ne fait plus envie. La frustration disparaît ainsi que le mot régime. On retrouve une alimentation saine et on oublie les privations.

Comment l’hypnose peut aider à se libérer du surpoids ?

Pour perdre des kilos, il faut d'abord parvenir à changer de comportement vis-à-vis de l'alimentation, et aussi de soi. L'autohypnose ne fait pas maigrir de façon miraculeuse. Mais elle crée des envies de changement en modifiant des valeurs comme la convivialité, l'amour et l'estime de soi ou le respect de son corps. Elle permet aussi de maintenir la motivation sur le long terme, d'anticiper les situations "à risque" (sortie au restaurant, courses au supermarché, buffet à volonté...). » C'est l'un des secrets de l'hypnose : pouvoir recréer des images, des sons et des sensations à l'intérieur du cerveau. Ce dernier ne faisant pas la différence entre le rêvé et le vécu, il les enregistrera comme réelles. Il devient alors facile de reproduire une situation enregistrée, où l'on est, par exemple, resté indifférente face à son dessert préféré, où l'on a pris plaisir à manger un menu light, où l'on a trouvé la motivation de se remettre au sport...

Le travail sur la perte de poids permet également de supprimer les troubles du comportement alimentaire comme le grignotage, l’hyperphagie, la boulimie, l’anorexie. Ce sont là des freins naturels que l’on rencontre fréquemment chez les personnes qui veulent mincir. Pour perdre du poids par l’hypnose, le thérapeute va stimuler le métabolisme ainsi que le processus de déstockage du corps. Cette étape est essentielle pour perdre du poids par l’hypnose et permet au corps d’éliminer rapidement et naturellement les réserves alimentaires inutiles. Mincir sans régime par l’hypnose à travers ces techniques est plus rapide, permet aussi de mieux connaitre ses besoins alimentaires et de moins écouter ses envies.

Le changement peut être relativement rapides, mais il faut aussi laisser au corps le temps dont il a besoin pour maigrir. Cela dépend beaucoup de chaque situation, mais on peut raisonnablement prévoir 2 kg par mois (au-dessus cela devient un stress pour le corps). On compte une moyenne de quatre séances d'une heure trente en cabinet, associées à des séances d'autohypnose préenregistrées (l’enregistrement de la séance) à faire chez soi. Pour des résultats tangibles, il faut s'astreindre très régulièrement à ces séances d'autohypnose durant les trois premières semaines. Une période nécessaire à l'installation de nouveaux automatismes.

Selon les situations rencontrées, il est intéressant d’utiliser toutes les techniques concernant les émotions et sentiments, peurs et anxiété et le travail sur le lien corps-esprit y compris les techniques de gestions des douleurs, ce qui amène des changements dans bien d’autres domaines.